fontsmaller
fontbigger
printer

Gestion du risque requin : un expert australien à Poé


Ecrit le 2 décembre 2016 par Naomi Vincent
et illustré par Fabrice Wenger
Gestion du risque requin : un expert australien à Poé Fabrice Wenger
Depuis l’attaque mortelle de Nicole Malignon, le 9 avril dernier sur la plage de Poé, la province Sud s’engage pour renforcer la sécurité civile, évaluer et gérer les risques d’interaction entre les baigneurs et les requins dans cette zone où la fréquentation est en augmentation constante. C’est dans ce cadre qu’elle a invité Williams Robbins, docteur en écologie marine et spécialiste en recherche appliquée d’aide à la décision des gestionnaires et des collectivités concernant les requins.

Rencontre de l’ensemble des acteurs impliqués dans la « crise requin », repérage du plan d’eau de Poé-Deva en vue de la rédaction d’un rapport comprenant des propositions de protocoles et de compléments aux dispositifs mis en place… c’est un programme chargé qui attendait le Dr William Robbins durant 2 jours à Bourail puis à Nouméa. « Il nous a d’ores et déjà suggéré l’utilisation d’un drone pour remplacer les ULM dans la surveillance aérienne ou la mise en place de filets de protection pour les baigneurs, par exemple» explique Emmanuel Coutures, chargé de mission conseil scientifique à la direction de l’environnement de la province Sud « L’idée est de profiter de son expérience pour réfléchir à de nouvelles mesures à mettre en place, mais aussi de s’inspirer des procédures qu’il a pu engager en Australie ».

Une initiative approuvée par les riverains qui attendent beaucoup des analyses de l’expert. « On compte sur lui pour savoir ce qui est normal ou pas dans ce qui nous arrive ! » reconnait Nathalie Rufian, gérante d’un snack à Poé « Ne pas savoir ce qui attire les requins, c’est ça qui est traumatisant parce qu’on ne sait pas quoi dire aux clients qui nous demandent si ils peuvent aller se baigner… ». L’expertise de William Robbins s’inscrit dans une large démarche de « gestion de risque » et notamment dans un partenariat passé entre la province et l’IRD pour mieux comprendre l’écologie de cette espèce encore largement méconnue qu’est le requin-tigre. C’est Laurent Vigliola, chercheur en océanographie biologique  à l’IRD qui est à la manœuvre de cette étude comportementale.

Actions et réactions

Pour présenter les démarches mises en place depuis la tragique attaque du mois d’avril, la province Sud, accompagnée de la municipalité et des pompiers de Bourail, a organisé une réunion à l’attention du grand public lundi 28 novembre. L’occasion les partenaires et experts réunis d’exposer les recherches et études réalisées afin d’identifier les facteurs susceptibles d’expliquer la présence de grands requins-tigres dans le lagon de Poé, les opérations menées, les dispositifs de surveillance et de protection mais aussi une évaluation du « risque requin ».

 « Il est important pour nous de diffuser les informations et de proposer un moment d’échange aux habitants de Bourail. Ils ont besoin d’explications et de concret après le traumatisme de la tragique attaque d’avril» note Antoine Borius, chargé de mission du projet provincial de Deva. Avec l’été et son lot de baigneurs qui arrivent, les sapeurs-pompiers de Bourail ont d’ores et déjà convenu, avec la contribution de la province Sud,  l’installation de nouveaux aménagements (plan de balisage des zones de baignades surveillées, tour de surveillance…) opérationnels au 15 décembre. Des dispositifs complémentaires pourraient être mise en œuvre sur les conseils avisés de William Robbins plus tard dans la saison.

 

Qui est le Dr William Robbins ?   

Le Dr William Robbins a été chercheur pendant plus de 20 ans, supervisant des programmes sur la biologie, l'écologie et le comportement de diverses espèces marines (requins, poissons, tortues) et des écosystèmes marins en général dans tout l'Indo-Pacifique (Polynésie française, Grande Barrière australienne, PNG, Seychelles). Il a accompagné également divers programmes de recherche (Brésil, Nouvelle-Calédonie, Hawaii, Nouvelle-Zélande, Oman, Afrique du Sud).

 

Ses études ont abouti à la modification de la réglementation australienne pour accroître la durabilité de stocks de poissons, et a permis de modifier les procédures officielles de détection et de surveillance vis-à-vis du risque d'attaque de requins. Il a également travaillé dans le Centre de recherche halieutique de Cronulla sur divers programmes d'étude sur les requins. 

«"Wildlife Marine" », le bureau d'étude qu'il dirige est impliqué dans de nombreux programmes de recherche appliquée et d'aide à la décision à destination des gestionnaires et des collectivités concernant les requins : dynamique des populations des grands requins blancs ; comportements alimentaires ; déplacements et migrations ; génétique des population ; méthodes de surveillance et de suivi (acoustique, aérien…) ; interaction requins/hommes; analyse de la gestion du risque requin en Australie ; expert en reconnaissance des requins.

> Je souhaite m'abonner à ALERTE ACTUALITÉS
INFORMATIONS PRATIQUES
abonnement
> Je souhaite m'abonner à ALERTE EVENEMENTS